Si l’on choisit de demander la citoyenneté canadienne, ce n’est pas vivre la ferveur du 1er juillet et les feux d’artifices ou admirer les chutes du Niagara. Non, on peut faire tout cela en étant chinois ou français. Le désir de citoyenneté doit être soutenu par l’ambition de faire partie d’une Nation fière de ses valeurs et de son héritage. C’est pour cela que la citoyenneté canadienne n’est pas bradée ; être un ressortissant du Canada, c’est connaitre le cadre de ses droits et de ses responsabilités civiques.

Les implications civiques de la citoyenneté canadienne

Le droit canadien est un héritage hybride du passé, des traditions, des valeurs et de l’identité du pays. Les règles juridiques qui en découlent procèdent aussi de lois majeures telles celles adoptées par le Parlement et les assemblées législatives de province, le code civil français, la Constitution de la Grande-Bretagne, la Magna Carta et, bien sûr, la Constitution du Canada.

Toutes ces règles sont les garantes de la liberté des citoyens canadiens depuis 1215. Celui qui sollicite la citoyenneté canadienne doit connaitre le fondement des libertés dont il va jouir :

La liberté de croyance et de religion ;

La liberté d’association et de manifestation pacifique ;

La liberté de conscience, de pensée et d’expression ;

La liberté de circulation, d’établissement (pour travailler et vivre n’importe où) ;

Les droits reconnus aux peuples autochtones.

Par ailleurs, le droit à la citoyenneté canadienne passe forcément par le respect de l’égalité entre les hommes et les femmes. C’est un principe consacré par la loi mais qui n’est cependant pas propre au Canada. Les pratiques barbares qui réfèrent aux mariages forcés, aux « meurtres d’honneur », aux mutilations sexuelles sur les femmes, aux viols et aux violences conjugales et même à la polygamie, sont proscrites.

Multiculturalisme et citoyenneté canadienne

Le Canada est une terre d’immigration paisible et accueillante qui respecte et promeut la diversité culturelle. Le multiculturalisme n’y est pas seulement un principe édicté dans les textes mais beaucoup plus une façon de vivre. C’est d’ailleurs en vertu de ce principe que le pays permet la double citoyenneté à ses ressortissants.

Il est important pour le candidat à la citoyenneté canadienne de s’imprégner de cet aspect multiculturel transversal du pays. Car en vérité, ce qui compte le plus c’est de vivre la citoyenneté au quotidien en communion avec toutes les entités qui font battre le cœur de ce pays.