Nous sommes tous nostalgiques pour un temps plus simple et plus facile, le bon vieux temps de nos parents et grand-parents, avant les courriels constant de notre superviseur et un téléphone qui sonne sans cesse. Mais personne n’est nostalgique pour l’examen de citoyenneté de 2010: après que le nouvel examen de citoyenneté a été instauré, le taux d’échec a monté de 8% a 30%.

L’examen qui était en vigueur de 1995 jusqu’au 15 mars 2010. Il comportait moins de questions que la version 2010, et le guide d’étude était moins long que les 63 pages du nouveau guide d’examen de citoyenneté Découvrir le Canada: les droits et responsabilités liés à la citoyenneté. Il y a plus de mémorisation nécessaire qu’auparavant, et les questions sont plus complexes et difficiles que l’ancien examen de citoyenneté.

Le gouvernement a dû modifier l’examen rapidement, car des milliers de personnes qui ont échoué se sont présentés devant un juge pour demander de quand même pouvoir devenir citoyens du Canada, même s’ils ont échoué l’examen de citoyenneté. Tous ces personnes frustrées ont créé un problème judiciaire, car les juges étaient débordés et ne pouvaient pas avoir des milliers de nouveaux cas reliés a l’examen de citoyenneté.

Le CIC a décidé que ceux qui ont échoué l’examen de citoyenneté canadien entre le 15 mars 2010 et le 15 octobre 2010 ont pu reprendre l’examen, qui était un peu plus facile. Celui-ci a un taux d’échec de 20%, au lieu du taux de 30% de l’examen de citoyenneté qui était en vigueur de mars 2010 a octobre 2010. Ce taux est beaucoup plus proche du taux de passage ciblé par le gouvernement Canadien. L’examen de citoyenneté doit être assez dur pour éliminer certains candidats, sans toutefois en éliminer trop. La note de passage est de 75%: les candidats doivent réussir 15 des 20 questions de l’examen de citoyenneté, en anglais ou en français, dans un temps alloué de 30 minutes. Certains devront aussi faire un entrevue, dans laquelle les capacité orales du candidat sont évaluées.

Avec le nouvel examen, qui est maintenant en vigueur, ceux qui souhaitent passer l’examen de citoyenneté peuvent se sentir un peu rassurés: la difficulté, quoique plus haute que la difficulté de l’examen de 1995, est raisonnable. Si les candidats étudient beaucoup et sont bien préparés, ils pourront passer l’examen de citoyenneté. Ils ne seront plus obligés de faire un examen de citoyenneté qui est trop difficile pour un tier de ceux qui souhaitent le passer.