Partout où il y a des droits, il y a des responsabilités. C’est connu. Le droit à la citoyenneté canadienne s’accompagne en aval de responsabilités. La citoyenneté canadienne n’est donc pas forcément un eldorado où on peut tout avoir sans rien donner. Le citoyen canadien a des devoirs envers sa patrie auxquels il ne peut se soustraire.

Les devoirs qui découlent de la citoyenneté canadienne

Le premier devoir du citoyen canadien est de respecter la Loi. Il faut référer aux conditions d’admissibilité à la citoyenneté canadienne pour comprendre l’importance de ce devoir. En effet, celui qui contrevient à la loi et se retrouve dans les filets de la justice a peu de chance de voir les juges de citoyenneté lui accorder le droit de devenir canadien. Le respect des lois du canada relève du principe de la primauté du droit : « Nul n’est au dessus (ou en dessous) de la loi ».

Le citoyen a ensuite le devoir de subvenir aux besoins de sa personne et de sa famille. L’Etat canadien œuvre pour que chacun de ses ressortissants nationaux puisse prétendre à un emploi afin de prendre soin de sa famille. Le travail est une condition nécessaire à la dignité du citoyen.

La citoyenneté canadienne signifie pour le citoyen le devoir de faire partie d’un jury s’il est cité pour. C’est un privilège pour tout citoyen canadien de participer au système de justice de son pays et de le rendre plus impartial. D’un devoir civique à un autre, la citoyenneté canadienne confère aussi le droit et la responsabilité de voter aux élections.

Par ailleurs, le citoyen a aussi le devoir d’aider sa communauté, de lui porter assistance dans les moments difficiles en toute philanthropie. Envers la patrie, cette obligation revêt plutôt l’aspect d’un devoir de défense national.

La citoyenneté canadienne c’est aussi défendre le pays

De même que le Canada n’impose pas à ses ressortissants le service militaire, de la même manière la citoyenneté ne fera pas de vous de super soldats. Le devoir de défense dont il s’agit ici ne doit donc pas être pris au pied de la lettre. Il doit plutôt être compris dans le sens d’un engagement noble envers les forces armées canadiennes (armée de terre, Marine et forces aériennes).

Le citoyen est libre de s’engager, ne serait-ce qu’à temps partiel, auprès de l’un de ces services pour se rendre plus utile à sa communauté. C’est là l’ultime hommage qu’il peut rendre à son pays en tant patriote.